Un article publié par le Populaire du Centre le 16 juin 2011

Un article publié dans le populaire du centre du 1er oCTOBRE 2013

Les travaux de la piscine de Saint Pardoux devraient débuter en janvier 2015

Lu 1748 fois 14

Un bassin loisir de 400 m(avec formes et profondeurs variables), une lagune pour les petits, une aire de jeux interactifs de 200 m, un pentagliss quatre pistes, une rivière à bouée, une attraction à sensation type toupie à tourbillon d’eau… L’été, le centre aquatique pourra accueillir simultanément jusqu’à 1.500 personnes.? - cabinet Chabanne et partenaires architecture

Un bassin loisir de 400 m(avec formes et profondeurs variables), une lagune pour les petits, une aire de jeux interactifs de 200 m, un pentagliss quatre pistes, une rivière à bouée, une attraction à sensation type toupie à tourbillon d’eau… L’été, le centre aquatique pourra accueillir simultanément jusqu’à 1.500 personnes.? - cabinet Chabanne et partenaires architecture

Attendu pour le début de l’été 2016, le centre aquatique de Saint-Pardoux est un pari financier et touristique. Coût prévu : 16 à 17 millions d’euros.

 

Le futur centre aquatique de Saint-Pardoux est attendu pour le début de l'été 2016. Il sera en bordure de lac, à la fois ouvert et fermé, conçu selon de nouvelles normes environnementales et fondu dans le paysage au point de ne gêner ni la vue des randonneurs ni celle des promeneurs en bateau…

Présenté ce lundi à la presse, le projet devrait coûter entre 16 et 17 millions d'euros au département de la Haute-Vienne, propriétaire des lieux et unique financeur. C'est un pari financier et touristique, c'est aussi l'un des plus gros chantiers de cette mandature. Quarante-cinq architectes ont répondu à l'appel d'offres. L'heureux élu est le cabinet Chabannes et Partenaires, basé à Paris, Lyon et Montpellier, connu notamment pour avoir conçu le vélodrome de Saint-Quentin en Yvelines ou l'Arena de Dunkerque.

Bassins, pentagliss, 
rivière à bouée…

Le futur centre aquatique comprendra deux espaces distincts. D'abord, un espace couvert avec toit végétalisé : on y trouvera un bassin principal de 250 m â et une partie ludique de 80 m â, le tout chauffé en partie grâce à l'orientation des grandes baies vitrées, lesquelles devraient optimiser l'entrée du soleil. Ensuite, un espace extérieur : il comprendra un bassin loisir de 400 m â (avec formes et profondeurs variables), une lagune pour les petits, une aire de jeux interactifs de 200 m â, un pentagliss quatre pistes, une rivière à bouée, une attraction à sensation type toupie à tourbillon d'eau.

L'hiver, ce sont surtout des scolaires et la population la plus proche qui devraient fréquenter les lieux. L'été, le département espère non seulement fixer voire élargir le potentiel touristique du site, mais aussi et surtout attirer une clientèle familiale, d'autant plus fidèle qu'elle sera principalement issue du département.

Un impact budgétaire

« Le site nous appartient, il est de notre responsabilité de le pérenniser à l'heure où les normes en matière de qualité des eaux de baignade sont de plus en plus drastiques », explique la présidente du conseil général, Marie-Françoise Perol-Dumont.